Conférence à Sète !

invitation mail-190118.jpg

Publicités
Image | Publié le par

Bonjour à Tous, L’Association France Palestine Solidarité vous présente Tous nos meilleurs Vœux pour cette nouvelle Année 2018.

En ce premier jour de l’année 2018, l’actualité de la Palestine se rappelle à nous.

Salah Hamouri, jeune avocat franco-palestinien, est toujours en détention administrative. L’administration pénitentiaire vient de le transférer dans une autre prison, par mesure disciplinaire, et d’annuler la visite de ses parents prévue ce 1er janvier.
Ahed Tamimi, qui s’oppose depuis son plus jeune âge à l’armée d’occupation, est toujours en prison, avec sa mère Nariman, sa cousine Nour, et Manal Tamimi également du village de Nabi Saleh. Et Khalida Jarrar, députée élue du parlement palestinien, a vu sa détention administrative prolongée de 6 mois. Cinq grandes figures féminines de la résistance palestinienne non armée, victimes de l’arbitraire et de la répression de l’occupation israélienne.
Gaza est toujours sous blocus : les restrictions et l’impossibilité de circuler alimentent le désespoir, malgré la solidarité et l’inventivité des Palestinien.ne.s de Gaza. Et 70 ans après la Nakba, aucun signe d’espoir n’est adressé aux 5 millions de réfugiés palestiniens pour la réalisation de leurs droits.
Les déclarations de Trump ont jeté une lumière crue sur la politique du fait accompli et la loi du plus fort que l’État d’Israël entend appliquer contre le peuple palestinien, au mépris du droit international et des résolutions de l’ONU. Ces déclarations ont été presque unanimement condamnées, en France et dans le monde. Elles ont aussi mis en lumière la place centrale que garde la question palestinienne et l’écho qu’elle suscite dans le monde entier.
Mais les déclarations ne suffisent pas et 2018 doit être l’année du passage de la parole aux actes. La France et l’Europe doivent s’engager par des actes concrets pour la protection du peuple palestinien et la réalisation de ses droits. C’est la condition absolue d’une paix durable.
Plus que jamais, en 2018, l’AFPS sera engagée dans ces combats ; nous aurons besoin de la mobilisation de vous toutes et vous tous, adhérent.e.s, sympathisant.e.s, responsables politiques, citoyens engagés, ou personnes de conscience simplement révoltées par cette injustice. Pour agir en tant que citoyens, et pour engager le chef de l’État, le gouvernement français, et l’Union européenne à agir.
Nous comptons sur vous, et vous adressons nos vœux les plus sincères de santé, de bonheur, de réussite dans vos engagements, pour cette nouvelle année 2018.

Publié dans Analyses

Communiqué de l’AFPS

40b7698c7d7d8c92b02f5a53766e30

Le temps des paroles est passé, il faut maintenant des actes Seuls contre tous, les États-Unis ont opposé leur veto lundi 18 décembre à une résolution soumise au Conseil de sécurité de l’ONU appelant Donald Trump à revenir sur sa décision de reconnaitre Jérusalem comme capitale d’Israël. Ils ont été désavoués magistralement par tous les autres membres du Conseil de sécurité, dont la France et la Grande Bretagne, ainsi que la Chine et la Russie. En reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, piétinant ainsi le droit international et les droits humains, Donald Trump avait montré le vrai visage de la politique états-unienne à ceux qui en doutaient : les États-Unis sont maintenant discrédités, et font l’unanimité contre eux. Pendant ce temps le peuple palestinien, lui, doit faire face à la répression féroce de l’armée israélienne d’occupation, à Jérusalem, dans l’ensemble de la Cisjordanie, dans la Bande de Gaza : les enfants et les jeunes sont notamment la cible privilégiée de violences révoltantes ; des rapports officiels font état de l’usage massif d’armes de guerre face à des manifestants désarmés. 11 Palestiniens ont été tués et 350 blessés depuis l’annonce de Trump. Le silence des pays occidentaux dont la France n’est plus acceptable : cette répression doit être dénoncée avec force et il n’est plus possible de laisser le peuple palestinien, sans protection, à la merci d’une armée d’occupation qui se croit tout permis. Un mécanisme international d’observation et de protection du peuple palestinien doit être mis en place d’urgence et la France doit en prendre l’initiative. Sur le plan diplomatique, il est grand temps de constater que les États-Unis sont sortis du jeu et que le prétendu « Accord du siècle » de Trump n’est rien d’autre qu’un jeu de dupes qui ne trompe plus personne. Encore faut-il le lui faire savoir à lui et à son ami Netanyahou et enterrer définitivement cette « supercherie du siècle ». La France doit renoncer à toute illusion sur les dirigeants israéliens qui ne respectent que le rapport de forces. Elle doit reprendre son initiative comme elle s’y était engagée à la conférence de Paris, en mobilisant le maximum de pays pour imposer à Israël le respect du droit. Elle doit marquer sa volonté de rompre avec la culture du fait accompli, et tenir sa promesse en reconnaissant l’État de Palestine dans les frontières d’avant 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale. Elle doit également : soutenir les Palestiniens dans leurs efforts diplomatiques pour être admis comme État membre à l’ONU. montrer son attachement au droit et à l’éthique en soutenant la publication de la base de données des entreprises exerçant des activités dans les colonies israéliennes. Enfin, la France doit mettre sur la table la question des sanctions, indispensables pour imposer à l’État d’Israël le respect du droit. C’est ce que demandent, dans la rue, des milliers de citoyen.ne.s partout en France depuis le 7 décembre. Le Bureau national 20 décembre 201

Publié dans Analyses

 

Libérez Ahed Tamimi !

hamami

« Nous demandons qu’Ahed et tous les enfants palestiniens soient libérés des prisons israéliennes, sans attendre.
La communauté internationale se doit de mettre un terme aux maltraitances et à la détention des enfants palestiniens. Trop c’est trop.
Pour Ahed et à tous les enfants dans les prisons d’Israël : Nous sommes à vos côtés, et vous êtes dans notre coeur. Nous n’abandonnerons pas jusqu’à ce que vous soyez libres. Vous n’êtes pas seuls. »
Signez la pétition

PLUS D’INFORMATIONS :
Ahed Tamimi a été arrachée de son lit et arrêtée.
Ahed est un enfant, et comme des milliers d’enfants palestiniens, elle pourrait être humiliée et abusée si nous ne la libérons pas rapidement.
Ahed est connue en Palestine parce qu’elle s’est mise en première ligne pour défendre son pays depuis qu’elle a 7 ans. Aujourd’hui cette petite fille a besoin que nous la défendions. Cliquez pour ajouter votre nom en 1 clic – libérons Ahed et tous les enfants prisonniers.
Quand suffisamment d’entre nous aurons signé cette lettre, nous la remettrons aux dirigeants du monde, à l’avocat d’Ahed, et nous ferons en sorte que nos voix soient entendues par Ahed en prison, afin de lui donner force et espoir, au moment où elle doit faire face aux terrifiantes tactiques d’interrogatoires israéliennes.
Signez la pétition
https://secure.avaaz.org/campaign/fr/free_ahed_mor_fb1/

 

 

Image | Publié le par

LIBEREZ SALAH HAMOURI

index-hamouri

« Nous apprenons par le Comité international de la Croix-Rouge que l’administration pénitentiaire a soudainement décidé de changer Salah Hamouri de prison et qu’il est transféré à la prison de Megiddo située au sud-est d’Haïfa, en guise de mesure punitive.
Sa visite familiale mensuelle prévue demain est également annulée.
Cet acharnement doit cesser ! La France ne peut plus se contenter de paroles mais doit faire place aux actes pour libérer notre concitoyen immédiatement ! »

Publié dans Analyses

Liberté pour Salah Hamouri

Liberté pour Salah Hamouri, arrêté arbitrairement par l’armée israélienne

http://www.france-palestine.org/Liberte-pour-Salah-Hamouri-arrete-arbitrairement-par-l-armee-israelienne

Salah Hamouri, a été arrêté mercredi 23 août dans la nuit, à son domicile de Jérusalem-Est, par l’armée israélienne d’occupation. Il a 32 ans. Il est Franco-Palestinien et a le statut de Résident de Jérusalem-Est où il vit.Aucun motif ne lui a été signifié lors de son arrestation, ce qui est tristement la « norme » pour l’armée israélienne d’occupation envers les Palestiniens. Cet arbitraire, Salah en a l’habitude depuis son plus jeune âge : arrêté en 2005, il avait alors passé 7 années dans les prisons israéliennes. Il avait été libéré suite à un très large mouvement de solidarité notamment en France. Arbitraire et acharnement : à sa libération, il a été interdit de se rendre en Cisjordanie occupée où il entendait suivre des études d’avocat. Son épouse, de nationalité française, et son fils ne peuvent le rejoindre à Jérusalem-Est, interdits de séjour par l’arbitraire du pouvoir israélien : ils seraient « un danger pour la sécurité d’Israël ».

Après sa libération, il a contribué à faire connaitre la situation des prisonniers politiques palestiniens, notamment en France. Il vient d’obtenir son diplôme d’avocat et il se consacre maintenant à la défense des droits humains et des droits des prisonniers politiques palestiniens. Il n’entend pas plier, ni renoncer à vivre dans sa ville, Jérusalem-Est, sur sa terre, en Palestine avec sa femme et son fils. Rester, c’est résister ! Voilà pourquoi Israël veut le faire taire.

Cette nouvelle arrestation arbitraire est inadmissible et insupportable. La France a le devoir de défendre partout ses citoyens contre les injustices dont ils sont victimes. Les autorités françaises doivent se mobiliser fermement pour que soit mis fin sans délai à cette infamie.

La comparution du 23 août a conclu à une détention « pour enquête » – on arrête d’abord et on enquête après – sans qu’aucun chef d’inculpation ne soit retenu contre lui. Cela nous fait craindre que notre concitoyen ne soit encore une fois victime de l’arbitraire des forces d’occupation israéliennes et de la justice militaire d’occupation. La mobilisation citoyenne doit s’amplifier d’ici dimanche, date de la prochaine comparution qui pourrait être décisive pour notre ami et sa famille.

Salah Hamouri doit retrouver la liberté – tout comme les presque 7000 prisonniers politiques palestiniens. Il doit pouvoir vivre à Jérusalem avec sa femme et son fils. L’arbitraire et le harcèlement dont il est victime doivent cesser – tout comme l’occupation et la colonisation de la Palestine.

Le Bureau national de l’AFPS

Publié dans Analyses

Issa amroIssa_Amro_001Issa_Amro_002

Publié dans Analyses