INTERVIEW DE HAEL AL FAHOUM, AMBASSADEUR DE LA PALESTINE EN FRANCE (16 mai matin)

INTERVIEW DE HAEL AL FAHOUM, AMBASSADEUR DE LA PALESTINE EN FRANCE LORS DE SA VENUE A MONTPELLIER LES 15 ET 16 MAI 2013

Question : Monsieur l’ambassadeur pouvez-vous faire une première analyse de vos rencontres ici ?

Hael Al Fahoum : Ces rencontres m’ont donné une énergie positive extraordinaire. Cela m’a donné confiance dans cette approche basée sur ces implications positives sur le terrain, dont on verra, je pense, les conséquences très bientôt.

Je pense que votre soutien est crucial pour la paix au Proche-Orient et çà m’a ouvert les yeux sur la réalité de la France profonde. Je peux vous dire que je suis ravi d’être ici. Je crois pouvoir vous dire qu’il faut continuer cette mobilisation, cette coordination, ce partenariat, cet échange de points de vue, cette coopération pour le bien de tout le monde.

Q. Qu’attendez-vous de la France, des collectivités locales et du mouvement de soutien à la Palestine ?

Hael Al Fahoum : D’abord, les collectivités locales ont posé les fondations réelles d’un partenariat basé sur la réalité stratégique et l’implication de l’aide sur le terrain pour accélérer l’effondrement de la stratégie de négation. [1]

Ce partenariat décentralisé entre les régions et la Palestine va donner le courage politique à l’administration en France pour avancer, et vite, vers la reconnaissance officielle de l’Etat de Palestine, et s’impliquer dans un processus de partenariat stratégique réel basé sur le même système qu’elle pratique avec notre voisin, Israël. Vous avez un rôle extrêmement important à jouer dans ce processus.

Q. Qu’attendez-vous plus précisément de la France ?

Hael Al Fahoum : Comme je l’ai dit pour les deux prochaines étapes, il y a deux objectifs :

– d’abord la reconnaissance officielle de l’Etat de Palestine,

– d’autre part la signature d’un accord de partenariat stratégique avec la Palestine.

Ce serait une sorte de message direct et indirect. Un message direct pour les français et pour l’Etat de Palestine, (lui indiquant) que la Palestine n’est pas seule, et un message indirect pour les israéliens qui verraient que quoiqu’ils fassent l’Etat de Palestine existe.

Q. Le mouvement de solidarité doit s’impliquer toujours davantage dans le travail de partenariat entre les collectivités locales et la Palestine dont vous nous avez parlé, mais qu’est-ce que le peuple palestinien attend plus précisément de nous ?

Hael Al Fahoum : Le mouvement de solidarité représente le meilleur ambassadeur de la cause palestinienne et mon rôle est secondaire par rapport à vous. Vous représentez vraiment cet acquis, ce capital énorme pour la cause que vous considérez juste et légitime, vous représentez la France des droits universels, la France des droits de l’homme, la France de la liberté, de l’égalité et ça nous renforce dans notre implication, ça nous donne l’énergie nécessaire pour faire face à la situation.

Vous n’êtes pas qu’un mouvement de solidarité avec la Palestine, vous êtes les ambassadeurs d’une cause juste non seulement pour la Palestine, mais pour le monde entier

Interview réalisée le 16 mai à 11 h par Jacqueline Kissous de l’AFPS34


[1] Négation du peuple palestinien bien sûr !

Interview de l'ambassadeur par Jacqueline Kissous

A propos afps34

Association France Palestine solidarité Section de l'Hérault
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.