« Réfugiés dans leur propre pays »

Le 24 et le 25 septembre à Béziers et à Montpellier,

Le 24 et le 25 septembre à Béziers et à Montpellier, l’AFPS34 a organisé deux conférences-débat sur le thème  » Réfugiés dans leur propre pays, l’intolérable situation des Palestiniens dans les camps en Cisjordanie occupée »
Nos amis palestiniens Mohamed et Hamzeh nous ont rappelé, le temps d’une soirée, la réalité insupportable de leur vie de réfugiés en Palestine. Ils ont évoqué le caractère paradoxal de leur situation : réfugiés dans leur propre pays occupé par l’armée israélienne, en proie à une colonisation continue depuis près d’un siècle.
Mohammed ABUSROUR est avocat et chercheur pour l’ONG palestinienne Badil et Hamzeh ABDRABBOU travaille dans le secteur social à la Bethlehem Arab Society for Réhabilitation. Ils vivent respectivement dans le camp de réfugiés de Aida et de Dheisheh à proximité de Bethléem.
Les deux conférenciers nous ont décrit leurs conditions de vie extrêmement difficiles dans les camps de réfugiés de Cisjordanie ou de Gaza. A sa création, en 1949, le camp de Dheisheh devait accueillir à court terme 3000 réfugiés, soixante dix ans plus tard il est peuplé de 14000 personnes qui s’entassent sur une superficie de l’ordre d’un km2. Ce camp a, depuis sa création au lendemain de la Nakba, une réputation de radicalité, en particulier sur le droit au retour, demande fondamentale des réfugiés palestiniens qui est niée par l’état d’Israël depuis sa création.
Ils nous ont fait comprendre combien la violence de l’occupation israélienne pèse au quotidien sur tous les aspects de leur vie, avec les incursions permanentes de l’armée d’occupation, les démolitions de maisons, les raids nocturnes, les arrestations arbitraires et la brutalité de l’armée israélienne surtout centrée sur la jeunesse …
Ils ont insisté sur la nécessité de sauvegarder l’UNRWA, l’organisme qui porte soutien et assistance aux réfugiés palestiniens, en application de la résolution 194 des Nations Unies. Cette agence, créée en 1950, vient en aide à 6,5 millions de réfugiés ou déplacés, elle intervient dans le domaine de l’éducation, de la santé, des secours et des services sociaux.
Elle est indispensable à la survie du peuple palestinien et permet par exemple la scolarisation de 525 000 élèves dans 700 écoles.
A l’heure actuelle, elle est gravement menacée par la politique de Donald TRUMP, qui dans un premier temps a supprimé la contribution financière des Etats-Unis (premier donateur).
Il envisage, dans une seconde étape, en accord avec la demande du gouvernement israélien, la suppression de cette institution de façon à effacer le droit au retour des réfugiés palestiniens, et de supprimer toute forme de soutien au peuple palestinien, en contradiction avec la législation internationale.

im2-101018  im-101018

 

A propos afps34

Association France Palestine solidarité Section de l'Hérault
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.