Lettre ouverte aux Elu.e.s

LETTRE OUVERTE
Des associations membres du Comité Palestine 34 soussignées
Aux élu.e.s de :
Ville de Montpellier, Montpellier Méditerranée Métropole, Département de l’Hérault, Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée
Soutien à la « Journée de Jérusalem », ça suffit !

Mesdames et Messieurs les élu.e.s,


Cette année encore, le Centre Culturel Juif Simone Veil (CCJ) organisera le dimanche 26 juin 2022 sa « Journée de Jérusalem » au Domaine municipal de Grammont à Montpellier.
Lors des précédentes éditions, les organisateurs se sont attachés à démontrer que Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël, déniant ainsi le droit reconnu aux Palestiniens sur Jérusalem Est en faisant fi du droit international sur cette question.
Se présentant comme une simple manifestation culturelle, cette Journée est, en réalité, hautement politique. Son objet est bien de célébrer l’illégale annexion et colonisation de Jérusalem-Est.
Cette Journée ne laisse à aucun moment entendre que Jérusalem-Est est occupée militairement et que son annexion illégale a été déclarée nulle et non avenue par les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU (n° 476 et 478). Au contraire, les organisateurs s’emploient à nier la présence des Palestiniens à Jérusalem en 1967, à nier la colonisation accélérée des quartiers palestiniens, la destruction des maisons palestiniennes, les transferts forcés. Ils ne veulent pas savoir que les Palestiniens de Jérusalem Est, séparés physiquement et juridiquement des autres Palestiniens, n’ont qu’un statut de « résident », statut révocable et conditionné à une obligation d’allégeance.
Tous ces faits de discrimination, d’oppression, de dépossession sont autant de pratiques systématiques qui relèvent d’un régime d’apartheid, tel que défini par le statut de Rome de 1998.
Si le CCJ veut entretenir le déni des réalités auprès de ses adhérents, cela lui appartient.
En revanche les élu-e-s doivent avoir un point de vue éclairé et fondé sur des données vérifiées et rationnelles. Nous vous invitons à consulter les différents rapports établis, par les ONG engagées dans la défense des droits humains – Amnesty International, B’Tselem, Human Rights Watch – et par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, et qui ont qualifié la politique du gouvernement israélien à l’encontre du peuple palestinien d’apartheid, c’est-à-dire de crime contre l’humanité.
Comme nous vous l’avons signifié les années précédentes, nous considérons que la présence d’un.e représentant.e de votre institution à cette manifestation cautionnera cette vision colonialiste et discriminatoire contraire au droit international, elle cautionnera les thèses de l’extrême droite israélienne soutenues par les organisateurs.
2
En tant que représentant.e des citoyen.e.s français.es, soutenir une telle manifestation vous mettrait
en opposition à la politique de la France sur le sujet et contreviendrait au principe de neutralité.
Vous, ou votre représentant.e, ferez la preuve d’une contradiction totale avec le discours politique
consensuel en faveur d’une solution de paix pour la région. Celle-ci, nous ne cesserons de l’affirmer,
ne peut être basée que sur le droit international.
A Montpellier, le 9 juin 2022


ORGANISATIONS SIGNATAIRES du Collectif Palestine 34 :
Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT 34), Association France Palestine Solidarité
(AFPS 34), Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF 34), CCFD-Terre Solidaire 34,
Centre de Documentation Tiers Monde 34, Chrétiens de la Méditerranée, Les amis de Sabeel, Ligue
des droits de l’Homme Montpellier, Mouvement pour le Désarmement, la Paix et la Liberté (MDPL
34), Pax Christi France, Secours Catholique-Caritas France Hérault

A propos afps34

Association France Palestine solidarité Section de l'Hérault
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.