L’AFPS 34 vous fait part du texte voté au congrès national de l’AFPS qui s’est tenu ce dernier week-end :

« Le 6ème congrès de l’AFPS réuni à Saint-Denis les 20 et 21 mai 2017 salue la lutte exemplaire et héroïque des prisonniers politiques palestiniens engagés dans le mouvement de grève de la faim pour la liberté et la dignité lancé par Marwan Barghouthi le 17 avril.

Cette lutte exprime les aspirations de tout un peuple à la liberté et rassemble dans un même combat toutes les sensibilités politiques palestiniennes.

Devant l’aggravation de l’état de santé de prisonniers, qui pour beaucoup d’entre eux en sont à leur 35ème jour de grève, le congrès de l’AFPS s’adresse au Président de la République et au gouvernement pour que la France prenne immédiatement une initiative en direction des autorités israéliennes pour qu’elles fassent droit aux légitimes revendications des grévistes de la faim.

Il en va de la vie de ces hommes. Tout drame humain serait lourd de conséquences et éloignerait encore davantage toute perspective de paix. »

Pour porter ce message haut et fort, l’AFPS 34 appelle tous ses adhérents et sympathisants à s’impliquer sans attendre .

Écrivez dès maintenant au Président de la République et au Ministre des Affaires étrangères :

http://www.elysee.fr/ecrire- au-president-de-la-republique/

http://www.diplomatie.gouv.fr/ fr/mentions-legales-infos- pratiques/nous-ecrire/


Proposition de texte à envoyer – que vous pouvez bien sûr modifier :

 « Je tiens à saluer la lutte exemplaire et héroïque des prisonniers politiques palestiniens engagés dans le mouvement de grève de la faim pour la liberté et la dignité lancé par Marwan Barghouti le 17 avril.

Cette lutte exprime les aspirations de tout un peuple à la liberté et rassemble dans un même combat toutes les sensibilités politiques palestiniennes.

Devant l’aggravation de l’état de santé de prisonniers, qui pour beaucoup d’entre eux en sont à leur 36ème jour de grève, je m’adresse au Président de la République et au gouvernement pour que la France prenne immédiatement une initiative en direction des autorités israéliennes pour qu’elles fassent droit aux légitimes revendications des grévistes de la faim.

Il en va de la vie de ces hommes. Tout drame humain serait lourd de conséquences et éloignerait encore davantage toute perspective de paix. »


Publié dans Analyses, Evénements

Grève de la faim des prisonniers – URGENT Rassemblements Montpellier, Béziers

Près de 1500 prisonniers politiques palestiniens poursuivent leur grève de la faim « pour la liberté et la dignité ».
Depuis le début de la grève, Israël, fort du silence complice de nos dirigeants, redouble au contraire de cruauté à l’encontre des grévistes : transferts incessants d’une prison à l’autre, mises à l’isolement, raids nocturnes avec des chiens d’attaque dans les cellules, refus de visites par leurs avocats, des cas de refus de fourniture d’eau potable étant même signalés.
Un nombre indéterminé de grévistes, dont l’état de santé est plus particulièrement délabré, ont été transférés, non pas dans des hôpitaux, mais dans « l’hôpital de campagne » créé à cet effet dans l’enceinte de la prison de Ramle.
C’est dans cet établissement que les bourreaux du peuple palestinien menacent de pratiquer l’alimentation forcée des grévistes, en faisant au besoin appel à des « médecins » mercenaires étrangers, puisque jusqu’à présent l’association des médecins israéliens a refusé de se plier à de telles pratiques de type nazi.

Ne relâchons pas notre solidarité, , soutenons les grévistes et leur famille, faisons valoir  leurs revendications !

Participez
au Rassemblement appelé par l’AFPS34 section Béziers,Culture solidaire,..
                lundi 15 mai à 18h à Béziers l’Immeuble Associatif 1 place Garibaldi
au Rassemblement appelé par Le Collectif Palestine 34

                   mardi 16 mai de 17h à 18h30
                   à Montpellier O
péra comédie


 

 
Publié dans Analyses
Image | Publié le par

SOLIDARITE AVEC LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS

Depuis le 17 avril, 1300 prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim illimitée. Ils ont répondu à l’appel de Marwan Barghouti, symbole de la résistance populaire contre l’occupation, reconnu comme le plus à même de rassembler tous les partis palestiniens, d’engager le dialogue avec les israéliens pour une paix juste et  durable. Dès le déclenchement de ce grand mouvement collectif de résistance pacifique, Marwan Barghouti a été transféré dans une autre prison et mis à l’isolement. Le ministre israélien de la sécurité intérieure a déclaré refuser de négocier avec les grévistes.

En 2017, 7400 palestiniens sont détenus, dans les prisons, centres d’interrogatoires, centres de détention situés en majorité en Israël, en violation du droit et des conventions internationales. Parmi eux, 550 enfants et 72 femmes. 750 prisonniers sont placés en détention administrative, sans charges ni procès, pour des périodes de 4 à 6 mois renouvelables à l’infini.

520 prisonniers sont condamnés à de longues peines allant de 1 à 67 fois la perpétuité. C’est le cas notamment du prisonnier politique Marwan Barghouti.

La société palestinienne paye très cher la résistance à l’occupation israélienne. Dans chaque famille un ou plusieurs membres ont été arrêtés et détenus.

Les conditions de détentions sont contraires aux droits humanitaires :

Les détenus sont  placés dans des cellules d’isolement pour de longues périodes, ce qui est une forme de torture.Torture et mauvais traitements sont «légitimes» lors des interrogatoires: privation de sommeil, menaces sexuelles, menaces sur les membres de la famille, violences physiques. Les autorités militaires pratiquent l’alimentation forcée des détenus grévistes de la faim. Les négligences médicales délibérées, le manque d’hygiène, la limitation des visites sont autant de mesures inhumaines infligées aux personnes détenues et leur famille pour briser leur volonté de résistance.

Les revendications des prisonniers concernent la fin de la politique d’isolement, la fin de la politique de détention administrative et les conditions de détentions dignes et conformes au droit: droit de visite des familles, accès aux soins,besoins spécifiques des prisonnières, transport des prisonniers, droit d’inscription aux universités et accès aux moyens d’étudier, de s’informer et de communiquer.

Le Collectif Palestine 34 appelle tous les citoyens épris de justice à manifester leur soutien aux prisonniers politiques palestiniens en résistance, et à dénoncer l’impunité d’Israël qui ne cesse de violer le droit international et les conventions internationales.

Le Collectif Palestine 34 appelle à un rassemblement à Montpellier devant l’Opéra comédie à partir de 17h le vendredi 28 avril.

Publié dans Analyses

Journée nationale d’action BDS du 25 mars 2017

AFPS Montpellier, lundi 27 mars 2017

Cette fois-ci, notre groupe local a ciblé l’enseigne INTERMARCHÉ. Trois magasins avaient été contrôlés au préalable, les mêmes produits y étant proposés en bonne place (pomelos, mandarines, avocats, dattes Brousse et Kéo). Un courrier a été envoyé à la DDPP34 et au directeur de l’Intermarché de Juvignac (à proximité de Montpellier).

Ce samedi 25 mars, sept militants AFPS étaient présents à l’entrée de la galerie marchande pour distribuer le tract et discuter avec les clients.

Après trois quarts d’heure de distribution, le gérant du magasin Intermarché de Juvignac est venu nous voir. Il nous a affirmé qu’il avait répondu la veille à notre courrier (pas reçu, donc on attend lundi pour vérifier) et qu’il avait retiré de lui-même les produits étiquetés « Israël ».

De fait, ce matin là les avocats n’étaient plus en rayon, mais les mandarines et pomelos toujours à la vente (il ne voulait pas « jeter la marchandise »). Nous assurant qu’il souhaitait respecter la règlementation, il nous a demandé de terminer notre action et a affirmé qu’on pourrait venir contrôler dans les semaines à venir qu’il tenait parole ! Il a même demandé qu’on fasse connaître dans les médias son exemplarité.

Mais une visite de contrôle le samedi en fin d’après midi a permis de constater que tous les produits signalés étaient de nouveau en rayon. L’AFPS34 va s’intéresser de très près à ce magasin et prendre le directeur au mot. Si ses propos s’avèrent mensongers nous le verrons assez vite et nous changerons de tactique.

Publié dans Analyses

De Vinisud à Casimex : les colons débusqués

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’AFPS34, groupe local AFPS sur l’Hérault, a découvert qu’à Vinisud, salon des vins méditerranéens qui s’est tenu du 29 au 31 janvier 2017 à Montpellier, serait présente une entreprise vinicole d’une colonie israélienne dans le Golan: Golan Heights Winery (GHW). Cette société et ses produits ont été présentés comme étant situés en Israël, en contradiction avec la réglementation européenne et française. L’AFPS34 a alerté le Conseil régional Occitanie, partenaire organisateur du salon, la DDPP34, les Douanes et protesté auprès de l’organisateur du salon. En conséquence la présentation de GHW sur le site Web du salon (http://www.vinisud.com/), a été modifiée : l’origine « Israel » a été remplacée par « Israeli settlement » et l’exposant GHW s’est engagé à modifier les étiquettes des bouteilles de vin en ce sens. Une conférence de presse a été tenue le 26 janvier par l’AFPS34, la CGT-INRA, l’UL CGT Montpellier et la LDH Montpellier (cf. articles ci-joints).

Cependant l’AFPS34, après l’ouverture du salon, a voulu vérifier. Son président s’est rendu sur le stand accompagné par le Commissaire Général du salon. Ils ont constaté alors que l’engagement pris par écrit d’appliquer la législation française en matière d’étiquetage des produits des colonies israéliennes n’était pas respecté. L’AFPS34 a alors demandé à M. Knafou, le PDG de Casimex, importateur de vins de GHW en France et présent sur le stand de GHW à Vinisud, de changer les étiquettes. Mais il a refusé catégoriquement. M. Knafou a indiqué qu’il était invité à un échange de vues au Parlement européen le jeudi 2 février et que celui-ci lui donnerait raison.

Avec l’aide de correspondants au Parlement Européen (PE), l’AFPS34 a alors alerté un certain nombre de députés européens qui ont adressé une lettre urgente au Président du PE. (Ci-dessous le lien pour la vidéo de l’audition très intéressante de M. Knafou à la Délégation des Relations avec Israël du PE :  http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20170130IPR60245/delegation-relations-with-israel-(d-il)-02022017-(pm) A noter les calomnies déversées par M. Knafou contre l’action de l’AFPS tout en se gardant bien de la nommer).

Un deuxième courrier d’eurodéputés a été adressé à Mme Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, concernant les manquements dans l’application de la directive sur l’étiquetage des produits des colonies notamment en France en partant du cas de Casimex. La Commission européenne examinera la mise en œuvre de la réglementation en matière d’étiquetage. Il est important de lui rappeler comment ce règlement est appliqué dans différents pays et lorsqu’il y a tricherie d’en fournir les preuves.

Nous savons que les entreprises israéliennes, avec l’appui de leur Etat, trichent lors de la déclaration en douane ou de l’étiquetage des produits exportés vers l’Europe en jouant sur la difficulté d’identifier les produits des colonies. Cependant dans ce cas la preuve a été flagrante tant lors du salon Vinisud que sur le site de Casimex (http://www.casimex.fr/) où figurent clairement la mention « Israël » et non « Colonie israélienne » pour les vins de GHW ou de Gvaot Winery (colonie en Cisjordanie) dans la rubrique « les vins israéliens » ainsi que dans le catalogue à la rubrique « liquides ». L’AFPS est intervenue auprès de Casimex pour exiger qu’elle se mette en conformité avec la législation française.

Par ailleurs l’AFPS34 a découvert que GHW était toujours liée contractuellement à une filiale commune à l’INRA et à l’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin). Elle est donc intervenue auprès de l’INRA, de l’IFV et de leur filiale commune ENTAV International. Rappelons qu’en 2014, suite à l’intervention des élus CGT, le Conseil Scientifique de l’INRA avait soutenu la demande du PDG de suspendre ce partenariat. Demande qui n’a toujours pas abouti en janvier 2017. La CGT-INRA est donc intervenue à nouveau en ce sens. L’INRA est une institution publique dont la mission est le développement de la recherche agronomique en France. L’Etat français déclare son opposition à la colonisation, mais en pratique, par l’intermédiaire d’un de ses établissements, il en devient complice. L’AFPS34 a écrit à l’INRA pour demander la rupture de contrat et le Bureau national de l’AFPS interviendra dans le même sens en direction du gouvernement français.

Association France Palestine Solidarité 34

afps34-vinisud-midi-libre-30-01-2017004une-entreprise-coloniale-a-vinisud

golan-heights-winery-israeli-settlement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Analyses

Avec Taoufiq Tahani, président de l’AFPS, à Sète le 2 février 2017

Conférence débat avec Taoufik TAHANI, président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) à Sète le 2 février 2017 organisée par la section de Sète de l’AFPS 34.
Conférence sur la situation actuelle de nettoyage ethnique, de construction de colonies en Cisjordanie et Jérusalem-Est (crimes de guerre), de politique de soutien inconditionnel à l’annexion par l’administration de Donald TRUMP.
Et sur les perspectives pour le mouvement de solidarité après la conférence de 70 pays à Paris sur l’initiative française pour la paix : les campagnes BDS dont par exemple la campagne pour le désinvestissement des banques et assurances françaises en Israël (banques liées à des banques israéliennes soutenant la colonisation) et la dénonciation de la fraude sur l’étiquetage des vins importés des colonies du Golan syrien et de Cisjordanie par la société Casimex.
Montage vidéo réalisé par Serge Tostain de l’AFPS 34.
Février 2017
 (57 mn) :
Publié dans Analyses