Publicités
Image | Publié le par

SOLIDARITE AVEC LES PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS

Depuis le 17 avril, 1300 prisonniers politiques ont entamé une grève de la faim illimitée. Ils ont répondu à l’appel de Marwan Barghouti, symbole de la résistance populaire contre l’occupation, reconnu comme le plus à même de rassembler tous les partis palestiniens, d’engager le dialogue avec les israéliens pour une paix juste et  durable. Dès le déclenchement de ce grand mouvement collectif de résistance pacifique, Marwan Barghouti a été transféré dans une autre prison et mis à l’isolement. Le ministre israélien de la sécurité intérieure a déclaré refuser de négocier avec les grévistes.

En 2017, 7400 palestiniens sont détenus, dans les prisons, centres d’interrogatoires, centres de détention situés en majorité en Israël, en violation du droit et des conventions internationales. Parmi eux, 550 enfants et 72 femmes. 750 prisonniers sont placés en détention administrative, sans charges ni procès, pour des périodes de 4 à 6 mois renouvelables à l’infini.

520 prisonniers sont condamnés à de longues peines allant de 1 à 67 fois la perpétuité. C’est le cas notamment du prisonnier politique Marwan Barghouti.

La société palestinienne paye très cher la résistance à l’occupation israélienne. Dans chaque famille un ou plusieurs membres ont été arrêtés et détenus.

Les conditions de détentions sont contraires aux droits humanitaires :

Les détenus sont  placés dans des cellules d’isolement pour de longues périodes, ce qui est une forme de torture.Torture et mauvais traitements sont «légitimes» lors des interrogatoires: privation de sommeil, menaces sexuelles, menaces sur les membres de la famille, violences physiques. Les autorités militaires pratiquent l’alimentation forcée des détenus grévistes de la faim. Les négligences médicales délibérées, le manque d’hygiène, la limitation des visites sont autant de mesures inhumaines infligées aux personnes détenues et leur famille pour briser leur volonté de résistance.

Les revendications des prisonniers concernent la fin de la politique d’isolement, la fin de la politique de détention administrative et les conditions de détentions dignes et conformes au droit: droit de visite des familles, accès aux soins,besoins spécifiques des prisonnières, transport des prisonniers, droit d’inscription aux universités et accès aux moyens d’étudier, de s’informer et de communiquer.

Le Collectif Palestine 34 appelle tous les citoyens épris de justice à manifester leur soutien aux prisonniers politiques palestiniens en résistance, et à dénoncer l’impunité d’Israël qui ne cesse de violer le droit international et les conventions internationales.

Le Collectif Palestine 34 appelle à un rassemblement à Montpellier devant l’Opéra comédie à partir de 17h le vendredi 28 avril.

Publié dans Analyses

De Vinisud à Casimex : les colons débusqués

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’AFPS34, groupe local AFPS sur l’Hérault, a découvert qu’à Vinisud, salon des vins méditerranéens qui s’est tenu du 29 au 31 janvier 2017 à Montpellier, serait présente une entreprise vinicole d’une colonie israélienne dans le Golan: Golan Heights Winery (GHW). Cette société et ses produits ont été présentés comme étant situés en Israël, en contradiction avec la réglementation européenne et française. L’AFPS34 a alerté le Conseil régional Occitanie, partenaire organisateur du salon, la DDPP34, les Douanes et protesté auprès de l’organisateur du salon. En conséquence la présentation de GHW sur le site Web du salon (http://www.vinisud.com/), a été modifiée : l’origine « Israel » a été remplacée par « Israeli settlement » et l’exposant GHW s’est engagé à modifier les étiquettes des bouteilles de vin en ce sens. Une conférence de presse a été tenue le 26 janvier par l’AFPS34, la CGT-INRA, l’UL CGT Montpellier et la LDH Montpellier (cf. articles ci-joints).

Cependant l’AFPS34, après l’ouverture du salon, a voulu vérifier. Son président s’est rendu sur le stand accompagné par le Commissaire Général du salon. Ils ont constaté alors que l’engagement pris par écrit d’appliquer la législation française en matière d’étiquetage des produits des colonies israéliennes n’était pas respecté. L’AFPS34 a alors demandé à M. Knafou, le PDG de Casimex, importateur de vins de GHW en France et présent sur le stand de GHW à Vinisud, de changer les étiquettes. Mais il a refusé catégoriquement. M. Knafou a indiqué qu’il était invité à un échange de vues au Parlement européen le jeudi 2 février et que celui-ci lui donnerait raison.

Avec l’aide de correspondants au Parlement Européen (PE), l’AFPS34 a alors alerté un certain nombre de députés européens qui ont adressé une lettre urgente au Président du PE. (Ci-dessous le lien pour la vidéo de l’audition très intéressante de M. Knafou à la Délégation des Relations avec Israël du PE :  http://www.europarl.europa.eu/news/en/news-room/20170130IPR60245/delegation-relations-with-israel-(d-il)-02022017-(pm) A noter les calomnies déversées par M. Knafou contre l’action de l’AFPS tout en se gardant bien de la nommer).

Un deuxième courrier d’eurodéputés a été adressé à Mme Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères, concernant les manquements dans l’application de la directive sur l’étiquetage des produits des colonies notamment en France en partant du cas de Casimex. La Commission européenne examinera la mise en œuvre de la réglementation en matière d’étiquetage. Il est important de lui rappeler comment ce règlement est appliqué dans différents pays et lorsqu’il y a tricherie d’en fournir les preuves.

Nous savons que les entreprises israéliennes, avec l’appui de leur Etat, trichent lors de la déclaration en douane ou de l’étiquetage des produits exportés vers l’Europe en jouant sur la difficulté d’identifier les produits des colonies. Cependant dans ce cas la preuve a été flagrante tant lors du salon Vinisud que sur le site de Casimex (http://www.casimex.fr/) où figurent clairement la mention « Israël » et non « Colonie israélienne » pour les vins de GHW ou de Gvaot Winery (colonie en Cisjordanie) dans la rubrique « les vins israéliens » ainsi que dans le catalogue à la rubrique « liquides ». L’AFPS est intervenue auprès de Casimex pour exiger qu’elle se mette en conformité avec la législation française.

Par ailleurs l’AFPS34 a découvert que GHW était toujours liée contractuellement à une filiale commune à l’INRA et à l’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin). Elle est donc intervenue auprès de l’INRA, de l’IFV et de leur filiale commune ENTAV International. Rappelons qu’en 2014, suite à l’intervention des élus CGT, le Conseil Scientifique de l’INRA avait soutenu la demande du PDG de suspendre ce partenariat. Demande qui n’a toujours pas abouti en janvier 2017. La CGT-INRA est donc intervenue à nouveau en ce sens. L’INRA est une institution publique dont la mission est le développement de la recherche agronomique en France. L’Etat français déclare son opposition à la colonisation, mais en pratique, par l’intermédiaire d’un de ses établissements, il en devient complice. L’AFPS34 a écrit à l’INRA pour demander la rupture de contrat et le Bureau national de l’AFPS interviendra dans le même sens en direction du gouvernement français.

Association France Palestine Solidarité 34

afps34-vinisud-midi-libre-30-01-2017004une-entreprise-coloniale-a-vinisud

golan-heights-winery-israeli-settlement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Analyses

Que faire pour construire une paix juste en Palestine ?

Vidéo de la conférence de Isabelle Avran à Béziers le 3/12/2016
Publié dans Analyses

Une entreprise coloniale israélienne à VINISUD !

Conférence de presse du 26 janvier

AFPS34, CGT UL Montpellier, CGT-INRA, LDH

voir article paru dans la Marseillaise :

http://www.lamarseillaise.fr/herault/economie/56831-montpellier-une-entreprise-coloniale-recue-a-vinisud une-entreprise-coloniale-a-vinisud

Publié dans Analyses

Une entreprise coloniale israélienne à VINISUD !

Le Salon international des vins et spiritueux méditerranéens VINISUD accueille, parmi les exposants, le producteur israélien « Yaren – Golan Heights Winery ».

Cette société est domiciliée dans le plateau du Golan, dans une colonie, et produit des vins à partir de vignes dans ce territoire occupé par Israël.

L’AFPS 34 a alerté le Commissaire général du salon et la Région Occitanie, partenaire public organisateur officiel de VINISUD, qui a une responsabilité particulière dans le respect par les exposants des réglementations :

Le Ministère de l’Economie et des Finances a publié au JO du 24 novembre 2016 un avis sans ambiguïté concernant l’étiquetage des produits des colonies israéliennes : « en vertu du droit international le plateau du Golan et la Cisjordanie, y compris Jérusalem Est, ne font pas partie d’Israël. En conséquence, l’étiquetage des produits alimentaires, afin de ne pas induire en erreur le consommateur, doit indiquer de manière précise l’exacte origine des produits » et concluait ainsi « il est nécessaire d’ajouter, entre parenthèses, l’expression «colonie israélienne» ou des termes équivalents. Ainsi, des expressions telles que «produit originaire du plateau du Golan (colonie israélienne) » ou «produit originaire de Cisjordanie (colonie israélienne) » peuvent être utilisées ».

L’organisateur du salon a fait modifier sur son site www.vinisud.fr  la fiche présentant cet exposant . La mention initiale « Israël » pour le pays d’origine ou la région de production est devenue «  Israeli settlement ». Il a demandé au producteur de prévoir un étiquetage conforme. Yarden – Golen Hights Winery s’y est engagée par écrit.

Au-delà de la question de l’étiquetage, nous dénonçons la présence d’un tel partenaire commercial. Bien que la règlementation française n’interdise pas encore l’importation des produits de colonies, nous appelons la Région Occitanie à ne cautionner aucune manifestation commerciale qui accepterait des exposants proposant des produits de colonies israéliennes, illégales faut-il le rappeler.


 

Publié dans Analyses

« Palestine, culture en résistance » Soutien aux objecteurs de conscience en Israël

Bilan de la tournée Quartet Galilée et Taïr Kaminer à Montpellier 10-12 oct.2016

Invités par trois groupes locaux de l’AFPS, le Quartet Galilée et Taïr Kaminer ont entamé leur tournée en France à Montpellier. Dès le dimanche 9 octobre, le groupe local de l’Hérault a reçu cette insolite équipe, composée de la famille Saad (trois frères et leur sœur, musiciens, druzes et palestiniens, dont Omar, l’ainé a été emprisonné 200 jours pour avoir refusé de servir dans l’armée) et d’une jeune israélienne de Tel Aviv, Taïr Kaminer tout juste sortie de 155 jours prison.

Cinq jeunes citoyens d’Israël invités pour faire connaitre deux problématiques peu connues : celle de la communauté palestinienne druze de Palestine, qui a la particularité d’être tenue d’accomplir son service militaire tout comme les juifs, et celle du mouvement des objecteurs et objectrices de conscience en Israël.

L’intitulé de l’affiche « Palestine, culture en résistance » et le sous-titre  «Comment pourrais-je porter une arme plutôt que mon alto?» Omar Saad. « Je n’ai pas peur de la prison militaire, ce qui me fait vraiment peur est que notre société perde son humanité»  Taïr Kaminer » avaient de quoi intriguer. Et le programme avait prétention de donner à entendre les voix de ces jeunes militants, de différentes manières, afin que des publics nouveaux s’ouvrent à la question de la Palestine. Avec cette manifestation culturelle, il s’agissait également d’impliquer les collectivités locales jusqu’alors très frileuses.

Lundi 10 octobre, la conférence de presse a permis à Omar et Taïr d’évoquer leurs engagements, les conditions de détention et de porter un éclairage très pertinent sur les moyens coercitifs exercés par Israël. Cette conférence a donné lieu à deux articles dans les quotidiens régionaux. Le lendemain, La Marseillaise titrait « Omar et Taïr objecteurs de conscience » et Midi Libre « la conscience d’objecteurs ».

Une cérémonie d’accueil officielle à la Maison des Relations Internationales s’est déroulée en présence de Monsieur Robert Cotte, maire adjoint. Le drapeau palestinien figurait au coté du drapeau français, fait rare à Montpellier. Le public sensibilisé et averti salua le courage du groupe et apprécia les talents des jeunes artistes.

Mardi 11 au soir, le Quatuor Galilée a donné un concert devant une centaine de personnes dans une salle au cœur du vieux Montpellier. Après une interprétation d’un quatuor à cordes de Beethoven les Saad ont joué de la musique orientale, chanté Fairouz et Abdel Waheb, avant de clore par un morceau émouvant composé par Mostafa Saad lorsque son frère aîné était en prison. La soirée a été fort chaleureuse et la satisfaction partagée, celle de musiciens comme celle des spectateurs. Les échanges se sont poursuivis autour d’un buffet. Une table de presse proposait de la documentation aux personnes désireuses de s’informer.

Mercredi 12 matin, Taïr et les musiciens ont été accueillis à bras ouverts par Fethi Thabet, musicien et ses collaborateurs dans les locaux de leur association Musiques Sans Frontières. Il leur a été proposé de se produire en Algérie.

La projection au Diagonal du film de Karim Dridi, sobrement intitulé « Quatuor Galilée » a été suivie d’un échange avec le public sur les motivations des objecteurs de conscience en Israël, les conséquences sur leur vie personnelle et leur avenir. Le public a été sensible au récit détaillé du parcours de Taïr, depuis son service civil à Sderot à la frontière de Gaza et à son engagement au sein d’une association d’objecteurs de conscience, jusqu’à sa détention. Taïr a confirmé que deux objectrices seront emprisonnées en novembre et une autre personne en décembre, pour cause de refus politique de faire le service militaire dans les territoires occupés. L’appel à soutenir les objecteurs de conscience a été lancé, l’AFPS devra s’en faire l’écho, voire s’impliquer dans une campagne à venir.

Durant ces trois jours, au gré de leurs nombreuses rencontres, le charisme, la maturité et le courage de ces cinq jeunes gens ont marqué les esprits et nous incitent à soutenir leur résistance.

Ci-dessous les articles de presse : La Marseillaise et le Midi Libre

midi-libre-quartet-galilee-20161011 la-marseillaise-20161011-conf-presse-quatuor-et-tair

Publié dans Actions en cours, Evénements